babylone

un photographe en devenir . . .

jeudi 21 septembre 2006

Edito par Y.M

                Il fut un temps qui semble aujourd’hui bien lointain, où la photographie n’avait pas encore été reconnue, soutenue, aidée et comprise comme art de notre temps. C’est à une date plus contemporaine que Antoine Coeroli, né à Ota en Corse, affirmait sa furieuse envie d’être un artiste, un témoin de son temps, de ceux qui osent l’investissement créatif personnel. Son œuvre se développe au rythme de ses apprentissages autodidactes et des goûts qu’il cultive de lui-même.


            Antoine Coeroli commence à réaliser pour son plaisir, en 2004, des images de paysages Corses . D’une nature contemplative et sensible, il restitue la force graphique des paysages découpés de son île, qu’il propose aux regards sur la toile du Web. Ses clichés de la vie Ajaccienne tracent un portrait touchant de quartiers peu à peu métamorphosés. Ses photos de villages insulaires laissent à voir une trace éphémère et malgré tout intemporelle.

            

            Il est de ceux pour qui l’art, au terme de ses complexités techniques, doit pour les autres apparaître simple, droit et lisible. Sa démarche tend à associer l’humanisme et la contemplation, invitation au témoignage de toutes les évolutions. Ses grands paysages marins ou montagnards sont tous lisibles à plusieurs niveaux de sensibilité, où fond et forme se combinent avec équilibre et harmonie dans la grande tradition classique Française. A.Coeroli se plaît à pratiquer la photographie en plein air, en se servant directement de matériaux naturels, ce ne sont pas les paysages et ses représentations qui l’intéressent réellement, mais plutôt les possibilités plastiques que lui offre l’île de beauté, ses puissances de transformation.


            Adepte de sa démarche autodidacte, je lui souhaite qu’au fil de son œuvre il puisse continuer à photographier encore et encore, et nous prouver dans la durée que son regard est pour toujours en « ordre de marche »


Y.M. un ami amateur



" Et bien yohann je suis très touché par cet édito que je ne voyais pas vraiment prendre cette forme,
je m'attendai à un édito plein de références Portelaises emprunt de cette nostalgie que nous aimons tous !

Mais voila que tu te sers te ta plume electronique pour m'émouvoir, et tu y arrive fort bien.

Ma reflexion sur mon coté artiste n'est pas encore arrivé à la meme réponse que la tienne,car je pense que je ne suis ( pour l'instant ) qu'un technicien de la photo.

Mais depuis peu, mes avis et mes pensées évolus, pourquoi une tel évolution de ma part ?

Je ne sais pas bien quel en est la raison, mais il y a tres certainement de nombreux facteurs.

Il est vrai que la photo me permet de partager via la toile d'internet mes pensées et ma vision de notre monde.
 
Cet art que je considère comme mineur me permet surtout de réflechir sur notre société, surment pour une raison toute bete, avant je n'aimais pas vraiment me retrouvé tout seul, j'etais sociable par obligation, désormais j'aime me retrouvé seul , alors mes pensées vagabondes, mon imaginaire galopant me fait voir un monde ou les camélias et les papillions sont légions, et où l'on peut enfin faire ce qui nous plait vraiment.

Ne pensez pas vous qui ne me connaissez pas, que je suis de ceux qui pense que la société moderne est un ogre, et que la vie quotidienne au sens moderne du terme est insoutenable pour moi.

Bien au contraire, je suis heureux de vivre dans ce monde, j'aime seulement m'en évader, pour mieu y revenir chaque fois.

Je te remerci pour ce texte magnifique, j'aimerai en faire autant pour toi . . . "


Posté par babylone83 à 18:39 - Texte - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire